Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

# Rappel du contexte:

 Le 11 novembre dernier une vaste opération de police a été orchestrée par le gouvernement à Tarnac, Rouen et Paris. Le prétexte utilisé : les sabotages sur les voies ferrées. Le milieu visé : des dits « anarcho-autonomes ».

Aujourd’hui, 9 personnes sont inculpées dans cette affaire pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise à visée terroriste » et 3 d’entre elles pour « dégradation en réunion ». Les peines encourues vont jusqu’à 20 ans de prison. Toutes sont poursuivies dans le cadre de la juridiction anti-terroriste. 5 d’entre elles sont encore incarcérées et le chef inventé par la police est placé en quartier de haute sécurité.

Entre autres conséquences de cette qualification de l’affaire, les personnes arrêtées le 11 novembre ont subi une garde à vue de 96 heures (4 jours) avec possibilité de voir un avocat au bout de 72 heures et les personnes inculpées peuvent être maintenues en prison préventive pendant 1 an renouvelable 2 fois, soit l’éventualité de 3 ans de prison préventive pour les 5 qui sont actuellement en prison.

Qu’est-ce que l’enquête a révélé à ce jour pour justifier de telles mesures ?

La présence de certains des inculpés à proximité des voies ferrées sabotées, la possession de matériel utile à quiconque vit comme ils vivent, la possession d’un livre vendu en librairie. Autant dire rien.

De quoi la vindicte médiatico-politique les accuse ?

De s’engager de façon trop virulente dans des combats politiques.
De vivre d'une façon qui ne cadre pas avec les canons de la société contemporaine.
De tenir un commerce (mais sans travailler).

Nous sommes bien sur touchés par le sort de ceux qui sont aujourd'hui en prison. Mais surtout, nous avons l'impression que cette affaire est un grand pas en avant dans la mise en place d'un état d'exception, et qu'aujourd'hui de façon plus claire qu'hier, les menaces portées par les lois dites « antiterroristes » s'actualisent.

Les explications par la manigance politique (« MAM était en porte à faux », « la droite cherche à affaiblir et à diviser la gauche »...) ne doivent pas cacher le mouvement de fond dont cette affaire est une étape: l'anti-terrorisme comme méthode de gouvernement, le rétablissement du délit d'opinion, la criminalisation du mouvement social.

Un comité de soutien a donc été créé à Tarnac et relayé dans plusieurs villes de France avec pour objectif un soutien moral, juridique et financier aux inculpés et les missions:

- d’informer et de s’informer directement.
- de faire pression pour une requalification des accusations et la demande de mise en liberté provisoire des inculpés.
- de faire parvenir par l’intermédiaire de l’adresse mail ,du site ou de l’adresse postale, des articles, des réactions et aussi des messages et lettres notamment aux incarcérés.
- de collecter des fonds pour les incarcérés (avocats et vie quotidienne en prison).
- d’analyser plus globalement les lois anti-terroristes et leur utilisation, avec une perspective historique.


Plus d'infos:

www.soutien11novembre.org






# Appel à contributions graphiques

Dans ce contexte, nous appelons tous les illustrateurs, graphistes, caricaturistes et amateurs à réagir avec leurs mots, leurs images et leur coup de crayon de deux manières :

- Immédiatement :

En créant dans les plus brefs délais une affiche qui pourra devenir celle du comité de soutien et pourra servir à l'annonce de toutes sorte d'évènements (concerts, réunions, manifestations...)

- A partir de maintenant et tout au long de la lutte :

En produisant un maximum de visuels sur tout ce que cette affaire leur inspire. (Analyses, coups de gueule sous forme de caricatures, affiches, etc)  qui pourront être repris sur différents supports  pour être distribués ou vendus selon les besoins du comité de soutien).

Une sélection des créations graphiques apportées au comité de soutien seront mises en ligne sur le site du comité de soutien, afin que qui le veut les télécharge et imprime par ses propres moyens.

Ce projet est basé sur la libre participation, la libre reproduction et la libre diffusion des créations proposées. En terme de propriété intellectuelle, en envoyant leurs créations, les participants acceptent de les mettre sous licence Copyleft (Licence Art Libre) ou Créative Commons, au choix. Les créations sous Copyright, vu ses caractères restrictifs, ne seront pas acceptées.

- Pour en savoir sur la licence Copyleft/Art libre, voir ici: http://artlibre.org/licence/lal
- Pour en savoir sur les licences licence Créatives Commons, voir ici: http://fr.creativecommons.org/description.htm


Envoi des affiches:

Vous pouvez envoyer vos travaux par mail à l'adresse soutiengraphique.tarnac@gmail.com

# une version imprimable/en haute résolution (format jpg, svg ou pdf, (300 dpi minimum). Ce fichier servira pour la reproduction de l'affiche (en photocopie, en sérigraphie et en offset) et sera téléchargeable via le site www.soutien11novembre.org

# une version en basse résolution (format png ou jpg) couleur ou n&b (72 dpi - largeur max 600 pixels). Cette image sera directement visible à l'écran sur le site.


Affiche générique des comités de soutien : Fiche technique

Nous avons établi un cahier des charges pour cette affiche afin qu’elle soit réalisée le plus rapidement possible et qu’elle corresponde aux objectifs du comité de soutien. Nous vous proposons de le suivre, mais nous admettons bien sûr que ces contraintes soient contournées.

- Contenu:
Outre le visuel et un message qui vous sera inspiré par l’affaire, nous aimerions voir figurer un texte explicatif dont nous vous donnons ci-dessous une version, a titre d'exemple et de trame pour ce qu'il y aurait à dire:


"Lois anti-terroristes: Un régime d’exception
Apres une enquête éclair suite à des sabotages sans gravité sur les lignes TGV, et une enquête beaucoup plus longue sur leur mode d'existence, 10 personnes sont arrêtées à Tarnac, Rouen et Paris.
Le ministère assène, tous les médias relaient.
Les lois anti-terroristes donnent dans cette affaire toute latitude à la police. Des opinions deviennent des preuves, les gardes à vue de 96 heures tournent à la torture psychologique, prendre part à une mouvance est en soi un délit.

9 personnes sont mises en examen. 5 sont en prison.

Nous refusons la mise en place d'un Etat d’exception et exigeons:
- Le retrait des chef d'inculpation pour terrorisme.
- La libération des personnes incarcérées.
Que de partout et de mille manières, des voix s'élèvent pour les soutenir.
»

Enfin nous souhaitons que figurent les contacts du comité de soutien :


www.soutien11novembre.org
11novembre-soutien@gmx.com
Soutien aux inculpés de Tarnac
Le Bourg
19170 Tarnac


 - Format :
L’affiche sera imprimée au maximum en 40x60. Travailler de préférence dans cette taille.

- Technique d’impression :
Sérigraphie maximum 2 couleurs (formant éventuellement une troisième par superposition).
Pour ceux qui ne connaissent pas : Cette technique impose de travailler en aplats et contours. Elle n’admet pas facilement les crayonnés et dégradés (qui sont traités en trame) – à éviter.
L’affiche pourra aussi être imprimée en photocopie, couleur ou noir et blanc, voire en offset.




# Conférence de presse du comité de soutien :

Hier, près d'une centaine d'habitants de Tarnac et alentour, voire même de tout le plateau, se sont rassemblés pour partager leurs sentiments sur ce qui s'est passé mardi. Il a été décidé de monter un comité de soutien dont voici la communication.

Elle est lue par Michel Gillabert, installé depuis quelque temps dans la commune voisine de Tarnac à Rempnat.

Cela fait déjà maintenant trois ans que je viens régulièrement en Corrèze et plus particulièrement sur le plateau de Millevaches, pour y retrouver des amis dans différents lieux, et entre autres au Goutailloux.

L'atmosphère qui a régné hier soir entre nous était un mélange de colère, d'incompréhension, et du sentiment effrayant d'une disproportion, d'une démesure humiliante. A cette occasion, un réel et très émouvant soutien s'est exprimé de la part de beaucoup des habitants de la commune et de ses environs. Il faut dire que les événements de mardi avaient de quoi impressionner. En effet, 150 policiers ont bouclé le village, paralysé la vie communale. Le village a été envahi par une armada de policiers encagoulés, d'un hélicoptère, de chiens renifleurs d'explosifs, de policiers en blouse verte, de préleveurs d'ADN et de journalistes, beaucoup de journalistes.

Les dépêches AFP tombent à 8h30 du matin, comme si les journalistes avaient déjà écrit leurs papiers avant d'arriver sur la commune.

Un dispositif antiterroriste mais pas de terroristes pour leur rendre la réplique dans cette pièce de mauvais goût. En effet, quelques heures après, ce que les enquêteurs constatent, ceux qu'ils rencontrent, c'est monsieur et madame tout le monde.

Pourtant les termes sont lâchés, comme on lâche des chiens ultra-gauche, terrorisme, mouvance anarcho-autonome, terroriste, violence, terreur, libertaire, anarchiste, nihiliste, groupuscule, commando, et j'en passe...

Ces termes, dès le début, ont servi à briser la présomption d'innocence, à rendre tout le monde coupable de terrorisme, termes chocs, qui cristallisent la peur des gens, et masquent une toute autre réalité, partagée ici.

Dans ce contexte, 6 personnes ont été arrêtées.

Pour le moment, la police cherche à trouver les coupables pour des histoires de caténaires sur les lignes SNCF, pas même ces affaires de plaques en béton sur les rails de trains. On est très loin d'une attaque au gaz dans le métro Parisien. Même le chef de la DCRI a indiqué récemment "il n'y a pas de mise en danger de vies humaines dans cette affaire".

Mais de quoi s'agit-il ici? D'une commune qui a accueilli des jeunes, des amis sont venus les voir, certains sont restés, ou reviennent, certains ont repris l'épicerie, d'autres font de l'agriculture, d'autres organisent des activités culturelles, ou comme moi, maîtrisent un savoir-faire, la taille de pierre. Les gens se retrouvent sur des échanges de savoirs, des échanges de moyens, des coups de main, chers à la tradition des gens d'ici. Comment peut-on parler de planque ou de clandestinité alors qu'il s'agit d'abord ici de fuir l'anonymat et l'agressivité des métropoles?

Mais ce qui pour nous est important à relever ce soir, c'est le caractère indécent, disproportionné et scandaleux de cette descente policière à Tarnac. Je n'ai pas besoin de répéter qu'on a là affaire à une opération médiatique et politique. Le triomphalisme du gouvernement, la rapidité d'intervention de la police après les sabotages, la disproportion du dispositif policier et médiatique, le flou général qui entoure cette ultra-gauche "qui ne revendique rien et n'est pas structurée" (Michèle Alliot-Marie) indiquent une volonté de produire du coupable chère à un gouvernement désavoué par ses politiques économiques et sociales qui subissent actuellement une crise sans précédent.

De telles pratiques politiques anti-terroristes ont d'ailleurs déjà été dénoncées, notamment par le syndicat de la magistrature dans un communiqué du 26 juin intitulé "la direction des affaires criminelles voit des terroristes partout". Nous vivons dans une période ou les mouvements sociaux, de plus en plus rares, ne freinent en rien une situation générale qui empire chaque jour. Ces grandes démonstrations de force continuent à alimenter la paranoïa installée en occident depuis le 11 septembre surtout lorsque la police opère dans le cadre d'une juridiction d'exception (garde à vue prolongée, accès restreint à un avocat, motif d'inculpation et concept judiciaire malléable à merci).

Nous pensons beaucoup à nos amis qui se trouvent enfermés en ce moment, et nous demandons leur libération immédiate et la création de comités de soutien partout.











 

Partager cette page

Repost 0
Published by